la composition en Histoire (dissertation)

LA DISSERTATION D’HISTOIRE OU DE GEOGRAPHIE

1- LE PRINCIPE DE BASE
Une dissertation est un exercice de réflexion sur un sujet, et d’organisation des connaissances adaptées à ce sujet. Il s’agit plus d’expliquer que de décrire. Réaliser une dissertation nécessite de trouver un fil directeur, une problématique, qui guide le devoir. Cela nécessite tout autant un plan structuré autour de quelques grandes idées qui forment autant de parties (2, 3 ou 4), encadrées par une introduction et une conclusion.
Ce doit donc être une démonstration scientifique (science humaine), une réflexion où il faut savoir utiliser les concepts, notions, vocabulaire spécifique de façon adéquate.
Donc : il ne faut surtout pas se limiter pas à énoncer des faits historiques ou des données géographiques, ni à réciter des connaissances sans liens logique entre elles.

2- LE TRAVAIL PREPARATOIRE AVANT LA REDACTION
2.1- Délimiter le sujet:
• Quelles limites chronologiques (en histoire)? Quelle est la signification des dates du sujet ?
• Quelles limites spatiales ? Un pays, le monde, la place d’un pays dans le monde ou un continent…
• Quels sont les thèmes ou domaines à aborder ? Le mot «…et…» dans un énoncé signifie souvent «les relations entre» ou demande une comparaison.

2.2- Mobiliser les connaissances :
• Les faits, les notions, les documents, les schémas et explications du cours (sans développer au brouillon bien sûr) constituent le matériau de la composition.
• Dans un 1er temps, relever tout ce que le sujet évoque : faire circuler dans sa conscience le maximum d’images et de mots qui s’y rapportent sans se soucier tout d’abord de la cohérence. Ne pas se hâter de faire un plan a priori.
• Dans un 2nd temps : trier, éliminer, reformuler ces connaissances selon le sujet (pour éviter le hors sujet).
• Trouver une phrase d’amorce en rapport avec le sujet : citation, anecdote, fait important …en montrer le lien DIRECT avec le sujet

2.3- Soulever le(s) problème(s) suggéré(s) par le sujet :
Il faut situer le devoir dans un questionnement. C’est-à-dire reformuler l’énoncé sous forme de questions en vue d’établir le fil directeur du devoir, la problématique, qui sera sa logique d’ensemble. Quelquefois cette problématique est déjà explicite dans le sujet tel qu’il est posé.

2.4- Construire le plan :
Un bon plan est surtout un plan logique, qui répond de façon complète au sujet (voir infra les types de plan). Ne pas oublier qu’un plan ne consiste pas seulement en la définition des 2, 3 ou 4 grandes parties : il faut tout autant organiser, hiérarchiser les sous-parties (c.-à-d. les 2, 3 ou 4 idées qui composent elles-mêmes chaque partie).

2.5- Construire le devoir :
Une fois le plan choisi : y classer les connaissances ; construire (en gros) introduction et conclusion.

3- LE TRAVAIL DE REDACTION
3.1- L’introduction :

3.2- Le développement :
3.3- La conclusion :
4- LES TYPES DE PLAN
4.1- Les plans spécifiques à l’histoire :
• Le sujet chronologique présente une évolution. C’est le sujet le plus fréquent (sujte sur + de 10 nas d’étude) Ex la puissance des USA de 1945 à nos jours ;. Le plan est alors chronologique, autour de périodes définies par des dates charnières. L’organisation de chaque partie peut être chronologique ou thématique.

• Un sujet de comparaison engendre un plan soit chronologique, soit de type tableau. Ex : la puissance américaine et la puissance chinoise face au reste du monde : le plan qui présente en I)Les EUA et en II)La Chine ne permet pas la comparaison exigée. Il faut repérer les domaines ou les périodes à aborder et comparer pour chacun d’eux. Il est possible en dernière limite d’adopter un plan “points communs / différences”.

• Le sujet traitant d’un phénomène historique : ex : la croissance économique mondiale des années 1950 et 1960. On peut utiliser pour ces cas spécifiques un plan origine-faits-conséquence (en général celui du cours) :
I) origines (on dit aussi facteurs ou causes) =le pourquoi du phénomène.
II) faits (on dit aussi manifestations ou formes ou aspects) =la description du phénomène.
III) conséquences ou limites =les conséquences ou ce qui diminue la portée du phénomène.

4.2- Les sujets de type discussion en Histoire ou en Géo : ex en histoire : la Vième République : réussites et échecs. Il faut présenter les aspects positifs et négatifs, selon un ordre thématique ou chronologique ou présenter le pour et le contre. Ex en géographie : La Méditerranée : rupture ou rapprochement entre Nord et Sud ? Le plan de composition classique peut convenir: thèse, anti-thèse, synthèse (synthèse qui peut correspondre à une grande conclusion).

4.3- Les plans spécifiques à la géographie : les plans sont plus variables et dépendent surtout de l’espace étudié.
• Sujet privilégiant l’étude d’espaces en fonction d’un thème : ex: l’espace industriel américain ou les dynamiques de l’espace en Asie orientale. Le plan doit dans une première partie préciser le pourquoi des différences entre espaces (les facteurs qui différencient les régions) puis en une ou deux parties présenter une typologie des espaces régionaux (les types de régions et leurs caractéristiques).
• Sujet de mise en relation d’espaces : ex : le Japon en Asie orientale. Le plan est fortement fonction du sujet. Il peut présenter l’importance ou les facteurs d’importance du pays dans l’espace plus vaste, puis les liens qui les unissent, et éventuellement ce qui les oppose.

Des exemples de critères d’évaluation de la dissertation d’histoire ou de géographie
DEFINITION
DU SUJET EN INTRO : • Sujet analysé dans toute son étendue (notions-clés et principaux thèmes), délimitation spatiale et temporelle. Une ou deux phrases d’accroche pour intéresser le correcteur et soulever des enjeux. Annonce élégante du plan.
PROBLEMATIQUE : • Annoncée en intro
• Logique de la démonstration argumentée : idées/parties qui répondent à la problématique
• Reprise synthétique en conclusion
ORGANISATION : • Plan annoncé en intro… et respecté dans le développement
• Structure clairement établie : 2 ou 3 grandes parties, composées de plusieurs § ou sous-parties.
• Hiérarchisation entre idées, arguments et faits historiques ou géographiques
• Equilibre et cohérence de l’ensemble ( répétitions),
• Transitions
MOBILISATION DES CONNAISSANCES • Ampleur des connaissances
• Degré de précision des connaissances
• Maîtrise des notions, du vocabulaire spécifique
• Maîtrise des repères spatiaux ou chronologiques
• Argumentation adaptée au sujet : adaptation des connaissances= le plus important
CONCLUSION • Bilan du développement
• Réponse à la problématique
• Ouverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *